Le Silure - centre de luttes autonomes

Le Silure est un collectif politique autonome qui s’est constitué en 2017. Il vise à rassembler et soutenir des luttes anti-capitalistes et contre tous les systèmes d’oppression.

Il se veut un lieu d’organisation politique et de rencontres. Il accueille des événements divers: conférences, discussions, projections et autres. Il offre également des ressources à des groupes qui partagent ses idéaux révolutionnaires et qui s’organisent en dehors des institutions parlementaires.

La Cantine du Silure reprend ces ouvertures des vendredis midi, et continue les repas des samedis midis ! Les vendredis midis, venez manger entre 12h et 14h au Silure un repas préparé avec soin, à prix libre. Les samedis midis, venez vous régaler toujours à prix libre sur place ou à l’emporter à partir de 12h.

Les permanences de la bibliothèques se poursuivent les vendredis de 17h à 20h. L'occasion de découvrir les milliers de livres du fonds de l'Infokiosque. Les permanences de la Buvette de l'Ilôt 13 sont pour le moment annulées.

Le programme de septembre est disponible ci-dessous. Deux événements: Le vendredi 8 septembre à 18h30, Atelier sur les luttes de l’immigration en Suisse. Le Samedi 26 septembre à 20h, Julien Allavena présentera son livre « L’hypothèse autonome » (Éditions Amsterdam, 2020).

Les questions-réponses qui suivent s'adressent aux locataires de leurs logements qui sont affecté.e.x.s par la crise liée au Coronavirus et veulent s'organiser pour réduire voir supprimer leur loyer.
Elles ne remplacent les conseils juridiques individuels que nous vous invitons à recueillir si vous souhaitez vous lancer dans un rapport de force de ce type qui présente de nombreux risques juridiques.
D'ici peu, les factures des loyers d'avril tomberont pour tou.te.s les locataires. Face à la crise, combien parviendront encore à les payer ? La survie de la rente foncière ne peut se faire aux dépens deshabitant.e.s. L'Etat s'est empressé de prendre des mesures pour soulager les entreprises, mais qu'en est-il des locataires et de leurs logements? Les mesures prises pour amortir cette crise ne sont destinées qu'à assurer le maintien, coûte que coûte, des activités économiques et du système d'accumulation capitaliste, en laissant pour compte la population. Si cette crise nous fait redécouvrir la solidarité, il faut qu'elle se transforme en redistribution des richesses.